les syndicalistes de Mittal-Florange abandonnent leur cause...

Publié le par francois-grosdidier.com

Sans aucune réserve et dans l’outrance, les syndicalistes de Mittal-Florange abandonnent leur cause pour ne servir, explicitement, que celle de François Hollande.

Ils devraient être plus prudents. Dans l’hypothèse d’une victoire socialiste aux présidentielles –il est vrai de plus en plus incertaine- ils auraient des comptes à rendre sur les faux espoirs qu’ils ont suscités, comme il y a trente ans quand le N°2 de la CFDT Jacques Chérèque fut nommé préfet délégué par François Mitterrand pour faire avaler aux sidérurgistes la pilule des 33 000 suppressions d’emplois, contre toutes ses promesses d’alors.

Saluant par l’insulte l’engagement maximum de Nicolas Sarkozy, ils font croire qu’ils sauveront les hauts fourneaux avec François Hollande par une loi obligeant l’industriel à chercher un repreneur alors que ce n’est pas le problème à Florange et qu’une loi peut obliger à chercher, mais pas à trouver !!!

Enfin, leur coup de force d’hier, qui aurait abouti, sans barrage policier, à la mise à sac du siège de campagne du candidat Nicolas Sarkozy alors que le président Sarkozy leur fixait rendez-vous lundi à l’Elysée, montre leur véritable intention et dessert la cause de la sidérurgie lorraine.