La France redessinée : le président mou est devenu le roi fou

Publié le par francois-grosdidier.com

La France est redessinée en quelques heures sur un coin de table. Pour certaines à l’héritage multiséculaires, des régions sont effacées ou dans l’urgence, l’incohérence et par les caprices de la Cour : Mme Royal veut bien se marier avec tous sauf l’Aquitaine, Mme Aubry et M. Le Driant avec personne… La Rochelle avec Orléans plutôt que Bordeaux. Nantes définitivement coupée de la Bretagne… Le président mou est devenu le roi fou.

 

Après avoir abrogé le conseiller territorial commun aux départements et régions, et rétabli la clause de compétence généraleà tous les étages, le président essaie à tout prix autre chose dans la confusion et la contradiction. Il réussira le tour de force de ne rien économiser mais d’éloigner le pouvoir  territorial des citoyens.

 

 

Metz et la Moselle effacées ?

 

L’Alsace-Lorraine n’a jamais été une communauté de destin choisie par ses habitants, mais l’association temporaire et de fait des victimes d’un sort commun imposé par le diktat du IIème  Reich victorieux. De retour dans la République, Alsaciens et Mosellans avaient étaient considérés et consultés. Aujourd’hui, Paris impose.

 

 

Strasbourg revendique le statut de capitale -être celle de l’Europe de lui suffit pas ? - et dès ce matin, d’influents chroniqueurs nancéens le réclament pour Nancy. Ainsi seraient effacées la Moselle, encore première collectivité territoriale du quart Nord-Est de la France et Metz, capitale du Royaume d’Austrasie, république puis évêché indépendants, déjà si malmenées par la trahison de Florange et les tergiversations sur Ecomouv.