La baisse des effectifs contredit-elle notre discours contre la délinquance ?

Publié le par francois-grosdidier.com

Non, mais c'est un argument redoutable qu'il faut contredire.

 

Quand en 2002 nous avons voté la création de milliers de postes de policiers et de gendarmes (loi de programmation pour la sécurité intérieure), la gauche nous disait qu'il fallait plutôt créer des postes d'enseignants et d'éducateurs et elle nous faisait remarquer que la France était déjà le pays européen qui comptait le plus grand nombre d'agents des forces de l'ordre par rapport à la population.

 

En 2007, nous avons engagé une réforme en profondeur de toute l'administration de l'Etat qui, depuis des décennies, dépense plus qu'il n'encaisse de recettes et dont les salaires et pensions représentent la part majeure des dépenses. C'est la R.G.P.P. (Révision Générale des Politiques Publiques) qui couvre tout le champ des activités de l'Etat : la rationalisation de services,  la gestion du patrimoine foncier et immobilier et, surtout, le remplacement de seulement un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Il y a eu débat pour exonérer de la R.G.P.P. l'Education nationale et les forces de l'ordre. Mais c'est de loin les services les plus nombreux. C'eut été réduire la R.G.P.P. à néant.

 

Le Ministre de l'Intérieur Brice HORTEFEUX estimait d'ailleurs qu'il disposait de marge, dans l'organisation des forces, pour maintenir, voire augmenter les forces sur le terrain même avec une diminution globale des effectifs.

 

Il a aussi mieux adapté les moyens sur des réponses ciblées et spécifiques, avec des plans d'actions contre les cambriolages, les violences scolaires, la drogue, les bandes, les violences familiales, les actes contre les personnes âgées...

 

L'évolution, ce sont des agents, même un peu moins nombreux, mais avec davantage de moyens juridiques et de moyens matériels : 81 millions d'Euros viennent d'être affectés à l'armement et à la protection des agents, au renouvellement du parc automobile, au développement de la police scientifique et à la modernisation ou à l'ouverture de nouveaux commissariats. L'évolution, c'est aussi la révolution de la vidéoprotection.

Publié dans BILLETS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article