FM Logistic

Publié le par francois-grosdidier.com

L’annonce de la suppression probable de 50 emplois sur la centaine restant à Woippy après le transfert des effectifs de Moulins-lès-Metz me met en colère.

 

Ayant moi-même travaillé dans la sous-traitance industrielle, j’avais déjà regretté le caractère mono-client du site de Woippy qui comptait, selon l’activité, entre 600 et 800 salariés. La fin des contrats avec Hewlett Packard avait entraîné leur suppression. La direction du groupe et le président du Conseil général m’avaient reproché la mise en cause de cette stratégie.

 

J’ai été sensible à la volonté affichée du Département de mobiliser Moselle Développement pour trouver des clients ou des activités de substitution sur ce magnifique site logistique, pour l’instant en vain.

 

J’étais également allé au Ministère de l’Economie et de l’Industrie, le 30 avril 2009, et j’avais obtenu l’engagement d’une mobilisation de l’AFII (Agence française des investissements internationaux) pour une prospection active à l’international. Il y avait une condition préalable : que l’AFII soit mandatée par les propriétaires.

 

En effet, si le groupe FM Logistic était bien l’interlocuteur des pouvoirs publics pour négocier les aides, y compris les conditions d’aménagement auprès de la Ville de Woippy, il s’avère que l’ensemble immobilier appartient à des SCI distinctes de FM Logistic. J’attends toujours que les propriétaires, informés de cette situation, se manifestent et répondent. J’ai même saisi la direction de FM Logistic pour lui demander de contacter les propriétaires, en le lui rappelant lors de la réunion du 18 décembre 2009 dans les locaux du SGAR. A ma connaissance, ce n’est toujours pas fait.

 

Je peux comprendre les difficultés économiques d’une entreprise en ces temps de crise mais je ne peux accepter une telle passivité devant les drames qui se jouent. Surtout dans ce conteste de crise, on ne peut exiger une obligation de résultat mais on doit exiger une obligation de moyens et je suis révolté que ceux-ci ne soient pas mis en place.