Départ de Montebourg, Hamon et Filippetti : de l’opportunisme, pas du courage et encore moins de la fidélité !

Publié le par francois-grosdidier.com

La ligne Valls était affichée avant la constitution de son gouvernement. Duflot a choisi de ne pas suivre.  Montebourg, Hamont et Filippetti ont suivi, dans l’attente de la réaction de l’opinion. Celle-ci n’adhérant pas, ils décident seulement maintenant de quitter l’avenir.

 

Leur comportement est contraire à leurs paroles. Ils sont des contre-exemples de solidarité et de responsabilité. Ministres, ils jouent la tactique interne au PS alors que l’économie française décroche en Europe et dans le monde.

 

 

Bilan nul d’Aurélie Filippetti :

Pointes d’autoritarisme, caprices de star… et rien pour la Moselle.

 


Au plan national, Aurélie Filippetti aura été la ministre la plus insignifiante d’une longue lignée de ministres de la Culture.  

 

Elle n’aura marqué que par ses pointes d’autoritarisme, coupant les têtes des grandes institutions culturelles de France, et par ses caprices de star, écartant Fleur Pellerin du tapis rouge du Festival de Cannes.    

 

 Au plan local, elle n’aura pas impulsé ni soutenu un projet fort. La Moselle doit à R. Mondon l’A4, à P. Messmer Cattenom et l’IRA à Metz, à J-M Rausch TDF au Technopole, à J. Laurain le CERAH à Woippy, mais à Aurélie Filippetti, rien, pas même un soutien à Pompidou-Metz à hauteur du Louvres-Lens…