Contribution climat-énergie - mars 2010

Publié le par francois-grosdidier.over-blog.com

Bien sûr qu'il faut européenniser la taxe carbone et il ne faut pas faire à Nicolas Sarkozy le procès d'intention d'abandon.

Les écolos sincères ne doivent pas désespérer, pas plus que les réacs ne doivent se réjouir d'un pseudo « abandon » de la taxe carbone.

Cette taxe, ou plutôt cette compensation carbone, puisqu'intégralement restituée, est la seule façon d'intégrer le coût environnemental dans les prix et donc de changer massivement les comportements dans une économie de marché.

Le dispositif adopté répondait à ce défi sans pour autant pénaliser notre industrie déjà soumise aux quotas de CO2 et à la concurrence internationale déjà déloyale en raison du coût du travail.

Il conciliait le souhaitable et le possible, surtout en temps de crise.

Il a été attaqué, vilipendé, dézingué par la gauche dont les verts qui pleurent aujourd'hui, puis censuré par le Conseil Constitutionnel.

Il faut maintenant avancer autrement, par un dispositif européen avec une taxe aux frontières pour les produits de pays non soumis aux contraintes environnementales.

C'est la voie étroite et difficile qui s'impose au Président et au Gouvernement.