Communiqué - rapport parlementaire sur le régime minier

Publié le par francois-grosdidier.com

Le rapport BUR relève d’une forme de pensée un peu « ultra », presque « intégriste » qu’on avait déjà remarquée chez notre collègue à propos des buralistes frontaliers et tout récemment de la CADES (caisse d’amortissement de la dette sociale), où il n’a été suivi ni par le gouvernement ni par la majorité parlementaire. C’est même surprenant de la part d’un élu alsacien. Il devrait savoir ce que sont les particularismes des territoires qu’ignorent souvent les Parisiens.

Nous devons défendre le régime minier qui est la juste contrepartie de la part de santé que les mineurs ont laissée au fond de la mine pour permettre la richesse de la France. Il a d’abord une portée symbolique forte et, concrètement sur le plan financier, la fermeture des mines entrainera son extinction progressive, réduisant au même rythme son coût. Il ne pose donc pas un problème structurel à la sécurité sociale, comme le poserait le maintien d’autres avantages acquis et éventuellement jugés inéquitables. J’ai fait valoir dès hier ces arguments auprès du ministre Xavier BERTRAND, comme –je le sais- mes trois collègues députés  de Moselle-Est. Ce refus des conclusions du Rapport BUR, je peux aussi sans risque l’exprimer au nom de tous les maires de la Moselle.

Sur le projet de plateau technique unique en Moselle-Est, il faut considérer le dossier avec l’A.R.S. Sans démagogie, je veux dire que c’est d’abord la responsabilité des Mosellans. Il faut un consensus entre élus de Moselle-Est d’une part et, d’autre part, tous les hôpitaux concernés. S’il était consensuel, ce projet serait déjà à un point de non retour.

Battons-nous et faisons-nous entendre à Paris, d’une voie forte et surtout unie !

Publié dans COMMUNIQUES

Commenter cet article