Commentaire des résultats partiels du sondage messin et réponse au communiqué de Monsieur Masson

Publié le par francois-grosdidier.com

Selon les résultats partiels et non confirmés publiés par le Républicain Lorrain, le maire gagnerait, en triangulaire avec le Front National, l’élection municipale à Metz, quelle que soit la tête de liste de l’UMP.

 

Mme Zimmermann ferait 4 % de mieux que moi. M. Masson en conclut que je subis une « déroute » dans un communiqué où il exprime une haine débridée et renouvelle contre moi les pires accusations.

 

Je tire de ces chiffres, qui restent à confirmer, deux conclusions :

 

1. 4 % seulement d’écart avec la mieux placée, alors que, depuis un an, je me suis sorti de l’offre politique messine. Elle-même a été en pré-campagne permanente, j’ai subi publiquement les pires accusations (corruption, tentatives d’agression contre MM. Malick et Masson...) et j’ai attendu les résultats judiciaires (à commencer par le verdict du 18 octobre prochain). J’aurai pu m’effondrer. Je pèse toujours sur Metz.    

 

2. C’est pour l’instant, en toute hypothèse, Dominique Gros qui gagne par scrutin et M. Masson semble encore plus désireux de mon échec à Woippy que de la victoire de Mme Zimmermann à Metz.

 

Enfin, je ne sais pas où M. Masson est allé chercher les propos qu’il m’attribue à l’audience du tribunal de Paris. Il est facile de le vérifier. Jamais je n’ai évoqué des contacts pris avec des conseillers municipaux en vue de constituer une liste à Metz.

 

J’ai simplement évoqué le préjudice politique, en plus du préjudice moral et personnel. J’ai fait état de la reprise par l’opposition, à Woippy, des accusations mensongères contre moi, mais aussi de leur utilisation à Metz par une députée de mon propre parti. En effet Mme Zimmermann avait reconnu dans le Républicain Lorrain m’avoir écrit pour me dire que j’étais la meilleure tête de liste à Metz mais qu’à l’époque, elle ne me savait pas « compromis dans l’affaire du BTP de la Moselle » sur la seule foi des accusations de M. Malick orchestrées par M. Masson.

 

Il est temps que ce dernier sorte du jeu messin et même du jeu mosellan où, comme à Forbach, il aide objectivement le Front National.    

Publié dans COMMUNIQUES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article