Article du 20 janvier de Libération

Publié le par francois-grosdidier.com

Liberation_20012015_Page_1.jpg

Ma mise au point suite à l'article de Libération :

Je ne retrouve pas mes propos dans les citations raccourcies, et encore moins la réalité sociale dans le micro-trottoir caricatural de cet article qui prétendait traiter le sujet au fond. J’y trouve cependant des contre-vérités.

Sur les crèches, il n’y a eu aucun renoncement dans aucune école et encore moins à l’église. Une crèche de Noël de 50 mètres de largeur a même été aménagée place de l’Hôtel de Ville par les services municipaux.

La pratique du culte qui, avant moi, s’exerçait dans la rue, se fait dans un local adapté. Cette démarche est présentée comme clientéliste au bénéfice des musulmans. Pourtant, ma démarche est identique pour répondre aux besoins du culte catholique et protestant, des pratiques sportives, des activités culturelles et de toute la demande sociale.

Vous évoquez l’expulsion d’un imam de ma ville il y a 21 ans, alors que je n’étais pas maire, pas plus que n’étaient en fonction les actuels animateurs de la communauté musulmane.

Ma position sur Charlie Hebdo n’est pas incohérente comme vous le présentez. On peut être Charlie, contre le terrorisme, contre l’obscurantisme, pour la liberté de la presse et les lois de a République. Celles-ci posent cependant des limites tenant à l’injure et à la diffamation. D’ailleurs il est inexact que j’ai perdu, fait appel et perdu encore, comme c’est écrit. J’ai perdu sur l’injure et gagné sur la diffamation, et les deux affaires sont en appel.

Enfin sur la loi de 1905, ma pensée est travestie. J’ai affirmé que la loi de 1905 est plus actuelle que jamais dans ses principes qui sont intangibles, mais qu'il ne fallait pas avoir une vision dogmatique des modalités, datées, qui sont aujourd'hui en contradiction avec ses principes, en rompant l'égalité.

Ces questions auraient mérité une approche moins caricaturale et plus profonde, moins partisane et plus responsable.

François Grosdidier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article