après l’attentat contre la rédaction de Charlie-Hebdo :

Publié le par francois-grosdidier.com

On n’a pas envie de rire, mais de pleurer après l’attentat contre la rédaction de Charlie-Hebdo, le journal qui riait de tout, même de ce qui pouvait ne pas nous faire rire.

 

Nos larmes sont  pour les victimes,  journalistes et policiers, et pour leurs familles. Elles sont aussi pour la liberté de la presse et l’idéal républicain.

 

Cet attentat est une victoire d’une violence obscurantiste qui veut entraver la liberté d’expression et réveiller les guerres de religions en France et dans le monde.

 

Elle ne peut être vaincue que par une liberté exprimée plus fortement encore et une unité nationale affirmée dans la diversité de tous les courants philosophiques et religieux, musulmans compris.